Traiter une infection de mérule sur du placo : nos solutions

Traiter une infection de mérule sur du placo : nos solutions

La mérule est un champignon parasitaire qui s’attaque au bois humide dans les habitations. Très invasive, cette moisissure peut se propager rapidement et causer des dégâts importants sur les structures en bois. Cependant, la mérule peut aussi contaminer d’autres matériaux comme le placo lorsque celui-ci présente un fort taux d’humidité. Une infection de mérule sur des cloisons ou plafonds en placo doit être prise au sérieux et traitée rapidement avant que les dommages ne s’aggravent.

Dans cet article, nous allons vous expliquer étape par étape comment traiter efficacement une contamination de mérule sur du placo. Nous aborderons les méthodes pour repérer les zones infectées, éliminer les moisissures visibles, choisir le bon traitement fongicide, assécher les matériaux et murs, et prévenir toute récidive de cette infection tenace. Nous vous conseillerons également quand faire appel à un professionnel qualifié. Suivez le guide !

Repérer les zones de contamination

La première étape lorsque l’on détecte la présence de mérule sur du placo consiste à inspecter soigneusement toutes les pièces pour identifier la totalité des zones contaminées. En effet, il est primordial de repérer la moindre trace de moisissure avant d’entreprendre un traitement, aussi infime soit-elle.

Pour ce faire, recherchez les signes suivants qui trahissent la présence de mérule sur vos cloisons et plafonds en plâtre :

  • Apparition de filaments blancs ou gris qui ressemblent à du coton ou à une toile d’araignée
  • Taches noires, brunes ou rougeâtres sur le placo
  • Cloison qui devient molle, friable ou poudreuse au toucher
  • Lambris ou plinthes qui se décollent ou se soulèvent
  • Morceaux de plâtre qui commence à s’effriter ou à se détacher

, Nous vous recommandons de scruter les moindres recoins, surtout derrière les meubles et dans les pièces sombres. Une infection même minime que vous auriez manquée risquerait de réactiver la contamination par la suite. Une fois toutes les zones repérées, vous pouvez passer à l’étape suivante.

Éliminer les moisissures visibles

merule mur en placo

Après avoir identifié les parties en placo contaminées par la mérule, l’étape suivante consiste à retirer toutes les moisissures visibles avant de les traiter. Munissez-vous d’un masque, de gants et de lunettes de protection avant de gratter délicatement les filaments et taches fongiques avec un couteau à enduire ou une spatule. Veillez à retirer la totalité des particules contaminées.

Voir aimerez aussi :  Le nouveau DPE et ses répercussions sur le marché immobilier

Si des morceaux de plâtres commencent à se détacher, nous vous conseillons de les retirer complètement avant qu’ils ne s’effritent davantage. Prévoyez également de piquer les joints entre les plaques de plâtre au cutter pour vérifier si la mérule ne s’est pas propagée dans la structure. Si tel est le cas, il faudra reconstruire la cloison.

Une fois le grattage terminé, dépoussiérez soigneusement à la brosse ou mieux, aspirez les résidus avec un aspirateur équipé d’un filtre HEPA. Ces particules de mérule étant très volatiles, il est impératif de bien nettoyer la zone avant de passer aux traitements fongicides.

Choisir la méthode de désinfection adaptée

, Plusieurs méthodes s’offrent à vous pour désinfecter efficacement vos murs et plafonds en placo contaminés par la mérule. Selon l’ampleur et l’ancienneté des dégâts, certaines seront plus adaptées que d’autres.

Pour des dommages superficiels récents, un traitement fongicide par pulvérisation sera généralement suffisant. En revanche, si la contamination est plus invasive ou date de plusieurs mois, nous vous recommandons la méthode par chauffage à haute température, plus radicale pour venir à bout des moisissures.

Dans les cas les plus graves où le placo est trop endommagé, il faudra reconstruire la cloison. Vous pourrez alors en profiter pour injecter un produit hydrofuge dans la structure afin de durcir et protéger le plâtre contre l’humidité à l’avenir. Mais abordons plus en détails ces différentes techniques.

Pulvériser un produit fongicide

Lorsque la contamination se limite à la surface et que le placo n’est pas encore ramollit ou friable, pulvériser un biocide fongicide reste le moyen le plus simple et rapide de venir à bout de la mérule. Vous trouverez ce type de produit en grande surface ou dans les magasins de bricolage.

Avant l’application, pensez à protéger tous les éléments fragiles de la pièce avec des bâches plastiques. Pulvérisez ensuite généreusement le produit sur les zones infectées selon les instructions du fabricant. Laissez agir le temps recommandé avant d’aérer la pièce. Ce traitement est à répéter tous les 3 jours pendant 2 semaines.

Voir aimerez aussi :  Entretien et nettoyage du matériel de peinture : Techniques et astuces

Certains biocides vendus en bidon sont à diluer dans de l’eau avant d’être vaporisés. Ils sont tout aussi efficaces que les aérosols tout en étant plus économiques pour de grandes surfaces à traiter. Quel que soit le produit choisi, lisez bien les précautions d’emploi avant utilisation et protégez-vous avec un équipement adapté pour ne pas inhaler les vapeurs.

Chauffer à haute température

Lorsque les cloisons en placo sont très contaminées par la mérule, surtout si celle-ci a eu le temps de se propager en profondeur, une désinfection par la chaleur s’impose. Cette technique radicale consiste à chauffer la pièce entre 50°C à 60°C pendant 6 à 12h pour tuer toute trace de moisissure.

Concrètement, la zone à traiter doit être préalablement isolée du reste de l’habitation à l’aide de bâches plastiques. De puissants générateurs d’air chaud sont ensuite installés afin de porter la température ambiante à un niveau létal pour les spores de mérule. Cette méthode nécessite toutefois du matériel professionnel onéreux.

Le traitement thermique à haute température reste à ce jour le moyen le plus efficace pour venir à bout des infections les plus sévères, en particulier lorsque la charpente ou l’isolation sont également touchées. Son caractère radical en fait également un excellent rempart contre toute récidive de la contamination.

Colmater les fuites à l’origine de l’humidité

Bien que la mérule soit principalement connue pour s’attaquer au bois, ce champignon a besoin d’un environnement humide pour proliférer. C’est pourquoi il est indispensable de rechercher et colmater toute source d’humidité excessive ayant pu causer son apparition sur vos cloisons en plâtre.

Inspectez soigneusement toutes vos canalisations d’eau et joints entre la plomberie et les murs. La moindre fuite aussi minime soit-elle suffit à créer l’humidité nécessaire au développement des moisissures. Vérifiez également le bon fonctionnement de vos gouttières et descentes d’eaux pluviales à l’extérieur.

En cas de doute, faites appel à un plombier professionnel qui pourra détecter les fuites grâce à une caméra thermique. Une fois la source d’humidité trouvée et réparée, vous pourrez traiter sereinement les matériaux infectés sans craindre de récidive.

Installer un système de ventilation

, Indépendamment de dégâts des eaux éventuels qui nécessitent d’être colmatés, un habitat mal aéré ou confiné sera toujours plus propice au développement des moisissures comme la mérule. Une bonne ventilation permet en revanche de maintenir un taux d’humidité bas, ne laissant aucune chance aux spores de germer.

Voir aimerez aussi :  Tout savoir sur les acrotères de toiture / terrasse

Nous vous conseillons ainsi d’installer un système de ventilation performant dans votre logement après avoir éliminé les traces de mérule de vos cloisons. Combinez idéalement une VMC double flux à des entrées d’air réparties dans toutes les pièces de vie. Pensez également à aérer régulièrement même par temps froid.

Vous pouvez compléter ce dispositif de ventilation par des déshumidificateurs d’air qui absorberont l’humidité ambientale excessive. Grâce à ces équipements maintenus en bon état de fonctionnement, vous éviterez tout risque de réapparition de la mérule aussi bien sur vos murs qu’ailleurs dans votre habitation.

Protéger les murs avec un hydrofuge

Lorsque des cloisons en placo gravement endommagées par la mérule doivent être reconstruites, cela offre l’opportunité idéale pour les protéger contre toute nouvelle infiltration d’humidité. Plutôt que de reposer un simple placo standard, optez pour des plaques hydrofugées.

Ces panneaux spéciaux intègrent dans leur formule de base des polymères imperméables qui les rendent totalement étanches face à l’eau et la condensation. De plus, un hydrofuge de masse peut être injecté lors de la pose de la cloison pour imperméabiliser le plâtre de l’intérieur.

Avec cette barrière hydrophobe intégrée dans la structure même des murs, il est impossible pour l’humidité responsable du développement des moisissures de les imprégner à nouveau. C’est le meilleur rempart qu’il soit contre toute récidive de mérule dans votre intérieur.

Placer des déshumidificateurs

Indépendamment du reste des mesures préventives détaillées jusqu’ici, installer des déshumidificateurs d’air dans votre habitat vous apportera une protection supplémentaire contre le retour de la mérule, aussi bien sur votre placo que sur d’autres matériaux.

Ces appareils électriques absorbent l’excédent d’humidité ambiante pour stabiliser le taux entre 45% et 55%, niveau idéal pour prévenir la condensation et le développement fongique. Placez de préférence un déshumidificateur dans chaque pièce humide (salle de bain, buanderie…) et adaptez la puissance à la superficie.

Nous vous recommandons les modèles à déshumidification active qui fonctionnement par condensation sur une batterie froide, la technologie la plus efficace pour capter l’humidité de l’air. Complétés par une VMC, ils formeront un duo imbattable contre le retour des moisissures dans votre intérieur !

Visited 897 times, 4 visit(s) today
Sandrine
A propos de l'auteur

Sandrine

Bonjour, je suis Sandrine, passionnée par tout ce qui concerne la maison et le jardinage. À travers ce blog, je partage mes expériences et conseils dans diverses catégories. En matière de décoration, j'aime explorer les tendances actuelles tout en conservant une touche personnelle et unique. Pour l'aménagement extérieur, je m'attache à créer des espaces conviviaux et fonctionnels, que ce soit pour les petits balcons ou les grands jardins. Les travaux de rénovation et de bricolage sont aussi au cœur de mon blog, où je détaille mes projets étape par étape, en mettant l'accent sur la simplicité et l'efficacité. Mon amour pour le jardin se reflète dans mes articles, où je partage des astuces pour cultiver des plantes, des fleurs, et entretenir son espace vert. En savoir plus

Laisser une reponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *