Escalier à pas japonais ou pas décalé (explications, dangers…)

Escalier à pas japonais ou pas décalé (explications, dangers…)

L’escalier à pas japonais, également appelé escalier à pas décalé, est un type d’escalier atypique qui permet de relier deux étages avec un encombrement réduit au sol. Ses marches sont décalées, ce qui lui donne un aspect très vertigineux. Bien que pratique dans les espaces exigus, ce modèle d’escalier présente cependant certains inconvénients et dangers qu’il convient de connaître avant de se lancer dans un tel projet. Nous allons voir ensemble ce qu’est vraiment l’escalier à pas japonais, quels sont ses avantages et ses inconvénients, pour qui il est adapté, comment bien le choisir et quel budget prévoir.

L’escalier à pas japonais, késako ?

L’escalier à pas japonais se distingue par ses marches décalées : une marche sur deux est coupée vers la droite, l’autre vers la gauche. Cette configuration permet de monter les marches en posant alternativement le pied droit et le pied gauche, d’où l’appellation « à pas japonais » ou « à pas décalé ».

Ce type d’escalier occupe beaucoup moins de place au sol qu’un escalier droit ou tournant traditionnel. En effet, la moitié de chaque marche étant supprimée, l’emprise au sol est fortement réduite. L’escalier à pas japonais permet donc de gravir rapidement les étages lorsque l’espace est compté, notamment sous un plafond mansardé ou pour accéder à une mezzanine. On le retrouve également fréquemment comme escalier de secours ou de service dans les bâtiments publics.

La conception de l’escalier à pas japonais le rend très vertigineux, avec un effet visuel saisissant. L’alternance entre les marches coupées à droite et à gauche crée une impression d’entrelacs et confère à l’ensemble un style moderne et épuré. C’est un escalier qui attire souvent les regards !

Les atouts de l’escalier pas japonais

L’escalier à pas japonais présente plusieurs avantages qui expliquent qu’il soit apprécié dans certaines configurations :

  • Il occupe très peu de place au sol et permet de gagner de l’espace.
  • Sa conception verticale permet de gravir rapidement les étages.
  • Il apporte un cachet moderne et une touche d’originalité à l’intérieur.
  • Les marches offrent une bonne profondeur pour le pied, ce qui rend la montée et la descente confortables.
  • C’est une solution idéale pour accéder à une mezzanine ou sous un plafond en pente.
  • Son installation est relativement simple et son coût abordable.
Voir aimerez aussi :  Comment réussir la peinture de votre plafond en lambris ?

Grâce à sa faible emprise au sol et à son style moderne, l’escalier à pas japonais séduit de plus en plus de particuliers désireux d’exploiter au maximum l’espace sous les combles. C’est également un modèle prisé dans les lieux publics nécessitant un escalier compact.

Les points faibles à connaître

Cependant, l’escalier à pas japonais présente également des inconvénients qu’il faut garder à l’esprit :

  • Il est déconseillé comme escalier principal ou unique dans une maison.
  • Sa conception inhabituelle demande une certaine prudence, surtout pour les enfants et les personnes âgées.
  • La montée et la descente nécessitent une certaine dextérité et un petit temps d’adaptation.
  • Les chutes sont plus fréquentes que sur un escalier droit traditionnel.
  • Ce type d’escalier est déconseillé pour les personnes ayant des difficultés de mobilité.
  • L’installation d’une rampe est obligatoire si le dénivelé dépasse 60 cm.

Bien qu’original et design, l’escalier à pas japonais n’est donc pas adapté à tous les intérieurs. Il convient surtout comme escalier secondaire ou de dégagement, et nécessite certaines précautions d’usage.

Un escalier qui nécessite une certaine habitude

Contrairement à un escalier classique où l’on peut poser indifféremment le pied droit ou gauche sur une marche, l’escalier à pas décalé impose une gymnastique particulière. Il faut poser le pied droit sur les marches coupées à gauche, et inversement. Cette alternance demande donc un petit temps d’accoutumance.

La montée et la descente doivent se faire avec précaution, en faisant attention à bien positionner son pied au bon endroit. Il est déconseillé de dévaler ou gravir l’escalier à pas japonais à toute vitesse, sous peine de manquer une marche et de chuter. Une attention constante est requise.

Voir aimerez aussi :  Les vasistas, ces petites fenêtres si utiles

Les enfants et les personnes âgées ont souvent des difficultés avec ce type d’escalier inhabituel. Les chutes y sont statistiquement plus fréquentes. Il est donc impératif d’installer une rampe solide pour se tenir. Privilégiez cet escalier pour une utilisation occasionnelle plutôt que comme escalier principal très fréquenté.

L’avis des professionnels

Selon les professionnels de l’escalier, l’escalier à pas japonais présente des avantages indéniables lorsqu’il est correctement installé :

  • Il permet d’exploiter des espaces sous combles exigus où un escalier classique serait impossible à intégrer.
  • C’est une solution astucieuse pour gagner de la place et créer une mezzanine, un bureau ou une chambre supplémentaire.
  • Esthétiquement, il apporte une touche de modernité et un effet waouh dans une pièce.

Toutefois, les professionnels recommandent de respecter certaines règles pour garantir la sécurité des occupants :

  • Éviter d’en faire l’escalier principal d’une maison, et le réserver plutôt comme escalier secondaire.
  • Prévoir impérativement une rampe de chaque côté si le dénivelé dépasse 60 cm.
  • Attention, ce type d’escalier présente davantage de risques de chutes que les modèles traditionnels.

Bien conçu et installé, l’escalier à pas japonais trouvera parfaitement sa place pour desservir un espace de rangement ou une mezzanine. Mais il ne peut constituer à lui seul l’unique escalier d’un logement.

A qui convient ce type d’escalier ?

Compte tenu de ses caractéristiques, l’escalier à pas japonais sera plus adapté dans certains cas de figure :

  • Pour desservir une mezzanine, un grenier aménagé, un espace de rangement…
  • Dans les petits espaces sous combles où il serait impossible d’installer un escalier classique.
  • Comme escalier secondaire ou de dégagement dans une maison.
  • Dans un intérieur de style contemporain ou industriel qu’il viendra parfaire.

En revanche, il est déconseillé comme escalier principal ou unique, et ne convient pas aux jeunes enfants ni aux personnes âgées ou à mobilité réduite. Son usage doit rester occasionnel.

Quel budget prévoir ?

Le coût d’un escalier à pas japonais dépend de plusieurs critères :

  • Les matériaux : compter environ 150€/m2 pour un modèle en bois, 250€/m2 pour de l’acier laqué.
  • Les finitions : les modèles vernis ou laqués sont plus onéreux.
  • La hauteur à franchir : plus il y a de marches, plus le coût augmente.
  • La complexité de l’installation : espace exigu, obstacles…
Voir aimerez aussi :  Notre opinion sur Poltronesofa

Il faut compter en moyenne entre 1000 et 4000€ pour un escalier à pas japonais. L’installation par un professionnel revient généralement moins cher que l’achat d’un kit prêt à monter.

Bien que plus compact, ce type d’escalier ne est pas forcément plus économique qu’un modèle classique, en raison de sa conception technique assez complexe.

Comment bien choisir son escalier à pas japonais ?

Pour bien choisir votre escalier à pas japonais, quelques critères sont à prendre en compte :

  • Les matériaux : bois, métal, verre… Selon vos goûts et votre intérieur.
  • La finition : laquée, vernie, brute… Pour la durabilité et l’esthétique.
  • La ligne : droite, tournante… En fonction de votre espace disponible.
  • La largeur : 60 à 90 cm en moyenne pour un usage confortable.
  • La hauteur : de 16 à 20 cm par marche pour un bon confort.
  • La réglementation : prévoir impérativement une rampe si h > 60 cm.

Faites appel à un escaliériste professionnel pour qu’il prenne toutes les mesures et vous conseille le modèle le mieux adapté à votre intérieur et à vos besoins.

L’entretien et la sécurité

Pour conserver votre escalier à pas japonais dans le temps, quelques règles simples :

  • Nettoyez régulièrement les marches avec un produit adapté au matériau (bois, métal…).
  • Vérifiez le serrage des fixations, qui peut se desserrer avec le temps.
  • Poncez et vitrifiez chaque année les escaliers en bois pour garder un aspect impeccable.
  • Prévoyez un éclairage suffisant pour bien voir les marches.
  • Attention, ne laissez pas d’objets traîner sur les marches.

Et surtout, conservez à l’esprit que ce type d’escalier demande beaucoup de prudence lors de l’utilisation : supervisez les enfants, tenez fermement la rampe, et évitez de courir. Avec quelques précautions, votre escalier à pas japonais durera longtemps tout en sécurité !

Visited 84 times, 1 visit(s) today
Sandrine
A propos de l'auteur

Sandrine

Bonjour, je suis Sandrine, passionnée par tout ce qui concerne la maison et le jardinage. À travers ce blog, je partage mes expériences et conseils dans diverses catégories. En matière de décoration, j'aime explorer les tendances actuelles tout en conservant une touche personnelle et unique. Pour l'aménagement extérieur, je m'attache à créer des espaces conviviaux et fonctionnels, que ce soit pour les petits balcons ou les grands jardins. Les travaux de rénovation et de bricolage sont aussi au cœur de mon blog, où je détaille mes projets étape par étape, en mettant l'accent sur la simplicité et l'efficacité. Mon amour pour le jardin se reflète dans mes articles, où je partage des astuces pour cultiver des plantes, des fleurs, et entretenir son espace vert. En savoir plus

Laisser une reponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *