Méthode d’organisation personnelle : le Bullet Journal, vous connaissez ?

Je vais vous présenter un outil d’organisation personnelle absolument génial : à la fois agenda, mémo, journal intime, source d’innovation, carnet de voyage… tout y est contenu  et organisé. Cet outil est accessible où que vous soyez (nul besoin de connexion wi-fi !), vous pouvez aussi le partager à tout moment et il fonctionne sans batterie ! Révolutionnaire, non ?

Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps… Cet outil à essayer tout de suite se nomme le Bullet Journal !  Certes le terme peut en rebuter quelques-uns et surtout, reste mystérieux… Mis au point par Ryder Carroll, un designer New-Yorkais, le Bullet Journal est un système d’organisation personnelle 100% personnalisable, très facile d’utilisation et multifonctions. Et vous savez quoi ? Il vous suffit juste d’un carnet et d’un stylo !

A l’heure des Clouds, des outils tels que Dropbox, Evernote ou encore Google Calendar, il peut paraître curieux de mettre sur le devant de la scène un carnet de notes et un stylo… Oui, mais non, je vous en parlais déjà dans cet article « les bienfaits de l’écriture dans l’organisation personnelle« . Mais le mieux est de passer tout de suite à la pratique. Car c’est en testant que vous vous rendrez compte de ses avantages (c’est ce qui s’est passé pour moi d’ailleurs !).

Le bullet journal, comment ça marche ?

Organisation personnelle : bullet journal

Un carnet, un crayon : c’est parti !

En tout premier lieu, choisissez un carnet de notes. Personnellement, le mien est de taille A5 avec des lignes. A vous de voir si vous préférez des petits ou grands carreaux, un carnet plus petit pour le transport ou plus grand, pour sa capacité à contenir toutes vos idées et tâches à accomplir.

Passons désormais aux points incontournables qu’il contiendra (tout en gardant en tête que lorsque vous les mettrez en pratique, tout deviendra plus clair) :

  • 1. Les « entries » ou « entrées »

Ce sont les titres de pages : ce peut être des dates, des projets, des tâches à accomplir ou encore des noms de listes ou bien d’autres choses… Quelques exemples ? Vous voulez noter ce que vous devez faire aujourd’hui. Votre « entrée » sera donc la date d’aujourd’hui. Ou encore, vous projetez de refaire la chambre de petit dernier, vous créerez ainsi, sur une autre page, une « entrée » : « Chambre de Numérobis » dans laquelle vous noterez le matériel à acheter, les étapes à suivre et toutes les idées qui lui seront liées…

A noter que toutes ces « entrées » sont placées les unes à la suite des autres dans votre cahier.

  • 2. Les « Bullets » ou « puces »

Ces signifiants peuvent se multiplier à l’infini mais la plupart s’accorde sur trois d’entre eux : le carré, le rond et le point. Ryder Carroll leur a donné un sens propre que nous pouvons réutiliser (évidemment, vous pouvez les modifier en fonction de vos habitudes) :

  • Le carré correspond aux tâches à effectuer. Lorsqu’une tâche est réalisée, il vous suffira de le colorier ou de le cocher.
  • Le point est réservé aux notes de toutes sortes.
  • Le rond précise, quant à lui, les événements et rendez-vous à venir.

Très visuels, ces Bullets vous permettent de considérer en un seul coup d’œil ce que vous avez à faire notamment.

  • 3. Les « signifiers »

Ce sont des précisions que vous ajouterez à gauche de certaines puces. Voici trois exemples que vous pouvez bien évidemment personnaliser :

  • Une étoile pour représenter une priorité.
  • Un point d’exclamation pour les puces à ne surtout pas oublier. Ryder Carroll l’appelle d’ailleurs « inspiration »
  • Un petit œil pour signifier une note qui vous fera découvrir de nouveaux concepts à explorer.

4. L’Index

C’est l’aspect primordial de votre Bullet Journal. Il concentre dans les premières pages, le sommaire de votre carnet. Ce qui vous permet de classer et donc de retrouver très vite et très facilement les informations que vous recherchez. Pour ce faire, il vous faut numéroter chaque page de votre carnet.

Généralement, on vous conseille de réserver la première page de votre carnet à votre index. Personnellement, je préconise d’en réserver deux ou trois puisque vous le compléterez au fur et à mesure que vous ajouterez des entrées.

Je m’explique : vous réservez les pages 2 et 3 au mois de janvier et aux tâches à accomplir durant cette période. Vous inscrirez alors dans votre index : « page 2-3 : JANVIER ». Puis, dès lors que vous ajoutez une nouvelle entrée, vous reportez la page qui lui correspond et son titre dans votre index.

Zoom sur le calendrier du Bullet journal

Pour y voir plus clair, je vous propose de préciser les pages « calendrier ». Personnellement, je me satisfais d’un calendrier mensuel, bien que je puisse parfois ajouter des entrées spécifiques à tel ou tel jour selon l’activité (cela signifie aussi que, lorsque je n’ai rien de prévu, je zappe allègrement des dates !)

Je vous conseille de réserver au moins deux pages par mois de l’année. Sur la première page, précisez en entrée, le nom du mois traité. Puis, numérotez les lignes de 1 à 30 ou 31 (selon le nombre de jours dans le mois. Veillez d’ailleurs à choisir un carnet de notes d’au moins 31 lignes !). Inscrivez ensuite les événements prévus en face des jours correspondants.

Sur la deuxième page, en face, écrivez les tâches à accomplir durant ce mois, les rendez-vous à caler ou encore les sujets à explorer en utilisant les Bullets.

Une fois une tâche accomplie, il vous suffira de colorier le Bullet. Et si une tâche n’a pu être réalisée, vous la reporterez au mois suivant. Ne culpabilisez pas si une tâche n’est pas accomplie. D’ailleurs, reporter plusieurs fois une même tâche signifie sans doute qu’elle n’était pas si importante…

Ecrire vous permet déjà d’agir et de structurer votre pensée. Cela vous permet aussi de libérer votre esprit et donc, d’être plus serein(e).

Et c’est en cela que le Bullet Journal est génial. De l’agenda à l’idée fulgurante qui sera à traiter dans les jours ou les mois à venir, il contient tout et vous correspond parfaitement. Je n’ai qu’une chose à ajouter : testez ! La complexité apparente ne sera plus une fois que vous vous serez approprié cet outil !

Pour plus d’information : http://bulletjournal.com/

Et en vidéo, pour les explications pratiques (en anglais) :