S’organiser > Déléguer > Lâcher prise !

Depuis 5 ans sur ce blog, je vous parle d’organisation personnelle et de conciliation vie personnelle / professionnelle. 1001 astuces pour s’organiser au quotidien et profiter sereinement de ses journées. Au gré des articles, l’idée de déléguer une partie des tâches ménagères et contraintes revient régulièrement et pourtant, je le vois bien avec mes clientes, c’est toujours le point sensible. Pourquoi est-ce si difficile?

S’organiser c’est aussi déléguer.

Vous avez constitué votre classeur de maison, mis en place votre agenda, géré au millimètre le planning familial et vos to-do lists sont à jour mais malgré tout cela vous avez encore et toujours le sentiment d’être débordée.

Force est de constater que les journées ne font que 24H et que la charge que vous vous imposez ne rentre pas dans ces 24H. Oui, j’ai bien écrit que vous vous imposez car c’est bien là le propre de la maman active d’aujourd’hui : se prendre pour superwoman et considérer comme normal – voir indispensable- de tout faire !

S'organiser en délégantHalte là, stop à la culpabilité. Je le dis et le répète, Superwoman n’existe que dans vos têtes. Un boulot et un rôle de maman c’est déjà énorme, alors oubliez la fée du logis, le cordon bleu, l’ultra disponibilité pour l’éducation des enfants et toute autre idée idéaliste.

Je ne vous le cache pas, le poids de la société française ne nous aide pas mais dans cette démarche d’acceptation de la réalité et de lâcher prise mais depuis quelques années quand même – enfin ? – l’idée fait son trou de l’impossibilité de tout faire.

« OUI MAIS QUAND MÊME », il faut le faire. Une fois mise de côté la notion de perfection, nous sommes d’accord il reste pas mal de choses à faire alors déléguons !

Déléguer : les freins

Déléguer, déléguer sur le principe « oui mais » (encore) ce n’est pas si facile. Le stress, la fatigue, le non-dit favorisent le « ruminement interne » qui finit souvent en explosion (larme ou colère) mais nous avons pourtant beaucoup de mal à déléguer parce que :

  • c’est difficile de demander de l’aide : c’est vrai, cela demande de l’énergie, de la motivation des troupes, des discussions parfois houleuses et la possibilité d’avoir un refus. Pourtant, qui ne demande rien, n’a rien. Osez demandez, verbalisez votre trop plein mais sans larmoyer ou ronchonner, positivement.
  • on pense que ça ira plus vite si on le fait : c’est possible mais ce sera toujours à vous de le faire ! Que voulez-vous vraiment?
  • il faut accepter que ça ne soit pas fait comme « je » le ferais : aïe, là c’est vraiment difficile (surtout si vous êtes du genre perfectionniste) mais si vous déléguez ne venez pas critiquer. Vous risqueriez de vous voir réattribuer la tâche ménagère rapidement !
  • il faut accepter que ce ne soit pas fait immédiatement : ce qui est urgent pour vous, ne l’est pas forcément pour la personne à qui vous déléguez, négociez vos délais.
  • on pense que ça coutera trop cher si c’est une aide hors de la maison : mon avis dans l’article « Le vrai prix d’une aide extérieure ».

Ce que nécessite la délégation

  • un temps de disponibilité au départ pour « former » et « accompagner » les nouveaux bénéficiaires des tâches. Expliquez clairement ce que vous attendez (=le résultat à atteindre), donnez les outils, explications et moyens d’y arriver, faîtes avez eux la 1e fois si besoin. Mettez tout en œuvre pour l’autonomie sur la tâche à accomplir.
  • un travail psychologique sur vous : oui, lâchez prise vous avez délégué ! Ne mettez plus votre grain de sel, ne critiquez pas mais encouragez, faîtes confiance. Profitez de votre temps, c’est ce que vous vouliez, non ?

Déléguer : méthodologie

Idées lecture pour aller plus loin…

 

Par | 2018-02-20T12:42:49+00:00 6 septembre 2014|S'organiser à la maison|0 commentaire