Emission France Inter : « Tout va trop vite ! Le cerveau face au temps »

La tête au carré, émission de France Inter, diffusée hier une émission « Tout va trop vite ! La cerveau face au temps ». L’objectif est ambitieux car l’émission propose de répondre notamment aux questions « Comment redevenir maître de son temps? », « Comment faire revenir la lenteur dans notre quotidien? ».

J’y ai appris entre autres choses :

  • l’accélération des rythmes de vie est liée à l’apparition des nouvelles technologies. L’accélération a toujours été croissante à travers les âges et plus que jamais sur les 50 dernières années où s’est installé le culte de la vitesse et de l’instantanéité.
  • l’obligation d’instantanéité et de réaction immédiate génèrent des logiques d’urgence permanente, qui devient le schéma de vie des nouvelles générations.
  • le mythe du multitasking : les expériences scientifiques montrent très clairement que notre cerveau ne peut pas faire plusieurs choses à la fois, or en milieu professionnel règne ce nouveau mythe de tout faire, tout le temps. Cherchez l’erreur.
  • Tout faire, instantanément tout le temps… c’est être perpétuellement interrompu ! Le coût économique des interruptions dans l’industrie américaine a été chiffré à 500 milliards de dollars / an. Se remettre dans la tâche en cours après interruption fait perdre en capacité de traitement de l’information et demande deux fois plus de temps. « Se démultiplier » est une belle illusion… contre-productive.
  • Un délai restreint pour réaliser une tâche mentale est négatif sur la qualité du travail produit. L’urgence n’est pas l’allié de la qualité.
  • L’urgence constante dans laquelle nous vivons implique que l’urgent prend quasi-systématiquement le pas sur l’importance et nous empêche de prendre du recul.
  • Notre cerveau a besoin de temps « d’ennui ». Avec l’urgence, le cerveau est sans cesse en réaction à des stimuli. Il a cependant besoin de temps de vagabondage ou d’ennui pour fonctionner sur un autre mode lui permettant d’organiser les connaissances et de structurer la mémoire. Ce temps de relâchement du cerveau est aussi celui de la créativité.
  • Savoir prendre le temps s’apprend.
  • Le processus d’apprentissage des connaissance (=apprendre) permet de développer la capacité de patience. L’accès instantané à la connaissance (effet Google) a été l’objet d’études qui ont permis de démontrer que la mémorisation, le stockage d’information développe la capacité d’attente et prémunis ainsi des dictactes de l’impulsivité / instantanéité. Il est donc essentiel d’apprendre à attendre, surtout aux enfants dans leur processus de construction.

Réécouter l’émission :

Lire plus :

Par | 2018-02-20T14:18:40+00:00 9 janvier 2014|Mieux gérer son temps|2 Commentaires