5 raisons pour lesquelles on n’arrive pas à se séparer des objets

Depuis maintenant 4 ans que j’exerce en France mon métier de home organiser, ou coach rangement comme vous voudrez, j’ai pu identifier 5 raisons profondes pour lesquelles certains de mes clients sont incapables de jeter ou donner un objet… et accumulent au point d’étouffer sous leurs possessions.

Leur coup de fil pour me faire intervenir est un réel appel au secours car, ils le disent eux-mêmes, ils ne « savent plus comment faire ». C’est une douleur profonde et tabou, l’accumulation compulsive, ou syllogomanie (merci Catherine!) étant encore méconnue en France.

Le plein d’objets remplit chez eux un vide intérieur. Ce n’est donc pas à l’objet lui-même que la personne est attachée mais à l’effet qu’il produit sur elle.

Voici donc à l’extrême, les 5 raisons pour lesquelles les « accumulateurs compulsifs » ne jettent pas :

  1. Salon sur-encombré

    Salon sur-encombré ou l’art d’accumuler compulsivement

    LA SOLITUDE
    Les accumulateurs chroniques s’entourent d’objets pour ne pas se sentir seuls. Mais c’est malheureusement l’effet inverse qui se produit. A force d’accumulation, impossible de mettre un pied devant l’autre ou de s’asseoir sur le canapé encombré. La honte gagne alors l’accumulateur qui n’ose plus inviter du monde (pour avoir des remarques désobligeantes, non merci !) et se retrouve davantage isolé encore.

  2. LE MANQUE
    A la période de nos grands-parents, ayant vécu la guerre, c’est le manque de tout… aujourd’hui, c’est surtout le manque d’argent. L’accumulateur chronique a souvent grandi dans une famille où « un sou est un sou » et les fins de mois difficiles. L’acte d’achat est donc un plaisir intense qui contribue malheureusement à l’encombrement.
  3. LA PERTE
    La disparition d’un être cher, un divorce, un licenciement, départ en retraite… sont autant de raisons pour ressentir « le vide ». Ces périodes de transition, de deuil, sont souvent propices à l’accumulation et au besoin de remplir ce vide (achats compulsifs, impossibilité de se séparer des affaires de la personne disparue,…).
  4. Cuisine saturée et inutilisable

    LE SOUVENIR
    Les accumulateurs compulsifs conservent souvent l’objet en souvenir de la personne qui le leur a donné ou qui est liée à cet objet. Ils ont le sentiment que se séparer de l’objet équivaut à oublier la personne. La culpabilité est trop forte.

  5. LA MALTRAITANCE
    La maltraitance sous toutes ses formes (abus, négligences, violences…) peut être la cause d’accumulations chroniques, l’objet est alors « à sauver / protéger ». Ils gardent « au cas où ». Le jeter est impossible et pour le donner, il faut choisir le destinataire avec grand soin, être sûr qu’il s’en servira et le chérira.

Au delà de ces accumulations compulsives qui relèvent de pathologies (la syllogomanie est une maladie identifiée comme trouble mental), c’est aussi le poids de la société de consommation dans laquelle nous vivons et toute la culpabilité de ce que cela engendre (Au prix où je l’ai payé, Ça coûte cher…) qui empêche souvent de se séparer du trop-plein.

Sans aller jusqu’à ces extrêmes, vous reconnaissez-vous à une plus ou moins grande échelle ? La bonne nouvelle c’est que cet état peut s’inverser ! Faire appel à une home organiser ou toute autre aide extérieure sans jugement et bienveillante, vous aidera à franchir le premier pas vers la reconquête de votre maison.

Alors, je garde ou pas ?

Par | 2018-02-20T14:14:41+00:00 17 janvier 2014|Désencombrer - Ranger|0 commentaire